The Official Blog of the

Archive for the ‘Nicaragua’ Category

Ukraine-Donbas-Russian Frontier: Is a Nongovernmental Interposition Peace Team a Possibility?

In Being a World Citizen, Conflict Resolution, Current Events, Europe, NGOs, Nicaragua, Solidarity, The former Soviet Union, The Search for Peace, Track II, UKRAINE, United Nations, United States on January 23, 2022 at 5:33 PM

By René Wadlow

Despite United States (U. S.)-Russian Federation discussions in Geneva and a full Organization for Security and Cooperation in Europe (OSCE) meeting, there seems to be no advance toward a reduction of an estimated 100,000 Russian troops on the Ukrainian frontier. There are discussions at the United Nations (UN) Security Council in New York on what could be a U. S.-led response if there were a Russian intervention into Ukraine. While such a Russian intervention seems unlikely, the possibility of such an intervention is being seriously discussed in NATO government circles. Thus, it is opportune for nongovernmental organizations also to discuss possible measures to prevent conflict and reduce tensions.

(C) Taras Gren

One possibility, inspired by the efforts of the Shanti Sena (Peace Army) developed by followers of Mahatma Gandhi in India is to place some nongovernmental teams on the frontier in order to provide an opportunity for all parties to “cool off” and negotiate. One such effort in which I was directly involved as the representative to the UN in Geneva of the Peace Brigades International (PBI) was the effort of a team of the newly created PBI in 1981 on the Nicaragua-Honduras frontier.

At the time, it was thought that U. S. troops stationed in Honduras might cross the frontier to attack the Sandinista-leftist government in Nicaragua or actively help the anti-Sandinista “Contras” to do so. A PBI-related group from California – the Jalapa Brigade, already created – was able to move to the frontier on short notice. At the time that the Jalapa Brigade was put into place, the Ambassador of Nicaragua to the UN in Geneva was a former student of mine, and his brother, also a former student of mine, was the legal advisor to the President of Nicaragua. Through the Ambassador, I was able to inform the Central American Missions to the UN as to the aims and role of the Peace Brigades.

In the end, the U. S. military did not cross the frontier. Perhaps it never intended to do so. It may also have been that the interposition of U. S. civilians with a good number of organizational contacts helped to weigh in the U. S. military decision-making process.

Members of the Gulf Peace Camp

There have been other such interposition efforts. One was the Gulf Peace Team created at the time of the 1990 Iraqi annexation of Kuwait. The aim of the 73-member Peace Team in their statement of purpose was to be an “international multicultural team working for peace and opposing any form of armed aggression by setting up one or more international peace camps between the opposing armed forces. Our object will be to withstand nonviolently any armed aggression by any party to the present Gulf dispute.” However, on January 27, 1991, the peace camp was closed by Iraq, because the authorities had “decided that the continued presence of the camp was a security risk”.

This interposition approach by nongovernmental organizations is logistically and politically very difficult to accomplish. There are economic and logistic resources required and, more importantly, the need to raise enough volunteers who are mature, culturally sensitive, and analytically-minded to achieve a critical mass that would make a difference in the decision-making of the military present. There is also the need to keep unity of purpose within the teams if they have not worked together before.

The 100,000 Russian troops are at the frontier. Can peace team interposition be created quickly?

Prof. René Wadlow is President of the Association of World Citizens.

Au Nicaragua, l’Etat nie la COVID-19 et abandonne les soignants à leur sort

In Being a World Citizen, Current Events, Democracy, Human Rights, Latin America, NGOs, Nicaragua, Refugees, Social Rights, Solidarity, The Search for Peace, United Nations, World Law on June 2, 2020 at 8:03 PM

Par Bernard J. Henry

 

L’une des leçons majeures de la crise de la COVID-19 restera que, malgré ses errements dans les premiers temps de la pandémie, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) aura agi comme un révélateur de la mentalité des Etats envers cette menace planétaire sans précédent depuis la Seconde Guerre Mondiale. L’enseignement en est clair, autant qu’il est inquiétant : là où, partout dans le monde, le virus frappe sans faire de distinction, certains dirigeants nationaux le croient néanmoins perméable à leurs choix politiques.

Là où Emmanuel Macron, Président de la République française, déclarait à son peuple en instaurant le confinement «Nous sommes en guerre» et son Ministre des Solidarités et de la Santé Olivier Véran faisait sien le mot d’ordre de l’OMS, «Testez, testez, testez», le Premier Ministre britannique Boris Johnson risquait le pari de l’immunité collective, pari perdu qui faillit lui coûter sa propre vie.

Aux Etats-Unis, le Président Donald Trump refuse toute injonction internationale, étant allé jusqu’à interrompre le financement américain de l’OMS puis rompre toute relation avec elle. Au Brésil, le Président Jair Bolsonaro adopte une ligne semblable, rejetant gestes-barrière et distanciation physique. Dans les deux pays, ce sont les gouverneurs des Etats fédérés qui doivent agir, provoquant la colère de leurs chefs d’Etat respectifs qui mobilisent contre eux leurs partisans.

Et toujours sur le continent américain, un pays se distingue plus encore – le Nicaragua, où le pouvoir nie tout bonnement l’épidémie et invite, si ce n’est oblige, la population à enfreindre toutes les préconisations internationales.

Le Président du Nicaragua défend la COVID-19 comme un «signal de Dieu»

Daniel Ortega, l’ancien chef sandiniste du temps de la Guerre Froide, évincé du pouvoir aux urnes en 1990 puis qui y est revenu par la même voie en 2006 et s’y est fait réélire en 2011 avec, pour candidate à la Vice-présidence, nulle autre que son épouse Rosario Murillo, tenait déjà son pays d’une main de fer depuis le 18 avril 2018 et sa répression des protestations populaires contre un projet avorté de réforme des retraites et de la sécurité sociale défavorable aux plus précaires. Des professionnels de tous corps de métier, parmi lesquels un nombre important de soignants, avaient été licenciés. Des militants de l’opposition avaient été emprisonnés. Le Costa Rica voisin connaissait un afflux par dizaines de milliers de Nicaraguayens fuyant la dictature de fait surnommée «Orteguillo» en contraction des noms de Daniel Ortega et Rosario Murillo.

Dans de telles conditions, il n’aurait pas paru saugrenu de voir le pouvoir nicaraguayen prendre prétexte de la COVID-19 pour imposer des restrictions impitoyables, par exemple un confinement sur le modèle philippin avec menace de tirer à balles réelles sur les contrevenants. Contre toute attente, Managua a choisi l’extrême inverse, celui du déni total de la pandémie.

Capture d’écran France 2, 2018

Après avoir obligé la population à marcher en masse, dans la promiscuité, sous la bannière du Front Sandiniste de Libération Nationale (FSLN) au pouvoir pour célébrer «l’amour et la paix en temps de coronavirus», Ortega a disparu des écrans à partir du 12 mars, à tel point que d’aucuns le supposaient contaminé lui-même. Le 15 avril, il est réapparu sur les antennes de la télévision nicaraguayenne, qualifiant la COVID-19 de «signal de Dieu» et excluant toute mesure sanitaire nationale contre elle.

Le résultat en est dramatique. Au 23 mai, l’Observatoire citoyen du Nicaragua annonçait plus de 2 600 cas dans le pays, où s’enracine à présent la pratique des inhumations nocturnes des victimes de l’épidémie niée par le pouvoir. Le danger est devenu tel que les Etats voisins d’Amérique centrale, Guatemala, El Salvador et Costa Rica, craignent désormais de voir s’embraser toute la région par la faute de Managua.

Malgré tout, la population respecte les consignes internationales, la campagne «Quédate en casa», «Reste à la maison», lancée pour inciter au confinement, s’attirant les foudres d’un Ortega qui insiste pour ne rien faire. Quant au personnel médical, il est au mieux livré à lui-même et au pire réprimé.

Les soignants du Nicaragua livrés à eux-mêmes – et surtout au danger

Depuis avril 2018, au Nicaragua, les médecins sont des ennemis d’Etat. Ces médecins qui ont soigné les manifestants blessés dans la répression des mouvements populaires et qui l’ont payé en nombre de leur emploi. Face à la COVID-19, les derniers remparts d’une population poussée à l’infection par le régime sont devenus pour lui rien moins que des traîtres.

Fulgencio Baez, onco-hématologue hospitalier, confiait à l’association SOS Nicaragua France dans sa Newsletter de mai : «Nous savons que nous sommes dans la partie de la montée exponentielle de la contagion, avec la contagion communautaire. Il y a plusieurs morts, sans connaître le nombre exact. Ce que nous entendons quotidiennement et ce que nous voyons concernant les personnes décédées sont des foyers à Chinandega, Managua, Masaya et Matagalpa».

35264933_183737938981390_8025589186524348416_n

Déjà faible auparavant, poursuivait le médecin, le système de santé nicaraguayen n’avait aucune chance contre la pandémie. Privés de tout appui gouvernemental, notamment de toute statistique puisque les quelques tests disponibles restent le monopole de l’Etat, les soignants sont débordés et bien sûr menacés eux-mêmes d’infection à tout moment.

L’ennemi devant eux avec la pandémie, mais aussi derrière eux en la personne de leur propre Président, les soignants du Nicaragua n’ont pas seulement la santé, et la vie, de leurs seuls compatriotes mais aussi des peuples de toute l’Amérique centrale.

Seul moyen de leur permettre de vaincre : les aider directement, en passant outre leur gouvernement. C’est ce qu’a entrepris SOS Nicaragua France, à travers une campagne de dons sur son espace HelloAsso.

L’Association of World Citizens défend l’action citoyenne en plus de celle de l’Etat, voire à la place et, s’il le faut, contre l’Etat. Ici, à la place suffit déjà bien, la société civile devant assumer seule et sans aide, envers son peuple et les pays voisins, la responsabilité que l’Etat ne reconnaît pas. Seule et sans aide, sauf si le peuple du monde vient à son secours.

Bernard J. Henry est Officier des Relations Extérieures de l’Association of World Citizens.

Capture d'écran 2020-06-02 20.34.09

Pour contribuer à la campagne de soutien,

cliquer ici.

%d bloggers like this: