The Official Blog of the

Sergio Vieira de Mello, un héros des Droits de l’Homme

In Being a World Citizen, Human Rights, Middle East & North Africa, The Search for Peace, United Nations, World Law on August 18, 2013 at 10:01 PM

SERGIO VIEIRA DE MELLO, UN HEROS DES DROITS DE L’HOMME

Par Bernard Henry

Il y a dix ans jour pour jour, le 19 août 2003, Sergio Vieira de Mello trouvait la mort dans l’attentat contre l’Hôtel Canal à Bagdad.

Citoyen brésilien, francophone de culture, Sergio Vieira de Mello s’était imposé au plus haut du système de l’ONU comme un incontournable des missions de maintien de la paix et de nation-building, dans ces années 1990 qui avaient vu la redistribution des cartes au niveau mondial et l’émergence de nouvelles urgences dans des pays où les conflits gelés par la Guerre Froide avaient repris leurs droits.

Après s’être illustré aux côtés de Bernard Kouchner au Kosovo, Sergio Vieira de Mello avait pris la suite de l’ancienne Présidente irlandaise Mary Robinson au poste de Haut Commissaire des Nations Unies pour les Droits de l’Homme, couronnement d’une carrière consacrée exclusivement à ce domaine dans diverses instances onusiennes, en particulier au sein du Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés.

Devenu Haut Commissaire, Sergio Vieira de Mello n’a pas ménagé ses efforts pour renforcer un Haut Commissariat encore jeune et mal armé pour réagir rapidement aux atteintes aux Droits de l’Homme qui lui étaient signalées. Il aimait le contact et la coopération étroite avec les représentants d’organisations non-gouvernementales, dont l’AWC.

Après que la « coalition » menée par les Etats-Unis a envahi l’Irak en mars 2003, court-circuitant le Conseil de Sécurité de l’ONU et prétendant rechercher des armes de destruction massives qu’aurait détenu le régime de Saddam Hussein, il a bien fallu que Washington et ses alliés admettent deux évidences. D’une part, les fameuses armes de destruction massive qu’une entrée en force en Irak permettrait à coup sûr de trouver, là où les experts internationaux affirmaient pourtant dès 2002 qu’elles n’existaient pas, n’avaient plus été fabriquées en Irak depuis au moins dix ans et n’existaient effectivement pas. D’autre part, malgré sa victoire militaire, la « coalition » sans existence légale qui occupait l’Irak avait balayé l’ONU d’un revers de main un peu rapide et avait maintenant besoin, comble de l’ironie, de l’assistance de l’Organisation mondiale pour rétablir une légitimité de droit dans le pays.

C’est Sergio Vieira de Mello, lauréat de fraîche date du Prix des Droits de l’Homme des Nations Unies, qui fut choisi comme Représentant spécial du Secrétaire Général – à l’époque Kofi Annan – en Irak, tout en conservant, fait exceptionnel, sa charge de Haut Commissaire aux Droits de l’Homme.

Le mardi 19 août 2003, en début d’après-midi, un camion chargé d’explosifs détruit l’Hôtel Canal à Bagdad, devenu siège de la mission des Nations Unies dans le pays. Sergio Vieira de Mello est grièvement touché, et faute par les secours de pouvoir le sortir à temps des débris, il succombe à ses blessures. L’attaque est revendiquée par Abou Moussab al-Zarqaoui, chef d’Al-Qaïda en Irak, dont l’un des lieutenants, Abou Omar al-Kurdi, directement impliqué dans l’attentat, sera arrêté en 2005.

Inhumé le 28 août 2003, Sergio Vieira de Mello repose au Cimetière des Rois à Genève, ville abritant les Hauts Commissariats de l’ONU pour les Réfugiés et aux Droits de l’Homme.

Aucun Défenseur des Droits de l’Homme ne cherche à être un héros, et s’il le fait, il a tort. Certains le deviennent, contre leur gré, sans s’y attendre. Et le premier héros des Droits de l’Homme de ce siècle encore jeune, c’est Sergio Vieira de Mello.

Après la mort de Sergio Vieira de Mello, l'ONU lui a dédié un mémorial, en l'occurrence un buste qui orne l'entrée du siège du Haut Commissariat des Nations Unies pour les Droits de l'Homme.

Après la mort de Sergio Vieira de Mello, l’ONU lui a dédié un mémorial, en l’occurrence un buste qui orne l’entrée du siège du Haut Commissariat des Nations Unies pour les Droits de l’Homme à Genève. Un hommage mérité à ce grand serviteur des Droits de l’Homme et de la paix.

Bernard Henry est Officier des Relations Extérieures du Bureau de Représentation auprès de l’Office des Nations Unies à Genève de l’Association of World Citizens.

  1. […] in memory of the bombing on August 19, 2003 of the UN office building in Baghdad, Iraq in which Sergio Vieira de Mello, UN High Commissioner for Human Rights and at the time Special Representative of the UN Secretary […]

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: